Un nom en particulier ?

De quoi avez-vous envie ?

Dans quel quartier ?

Un horaire précis ?
Lundi

Mardi

Mercredi

Jeudi

Vendredi

Samedi

Dimanche


Trouver son restaurant...
Téléchargez
le guide 2021
des Tables de Nantes

Mikaël Cadio,
la Maison Berjac

Interview de Mikaël Cadio, dirigeant de la Maison Berjac

Pourriez-vous nous conter brièvement l’histoire de la Maison Berjac ?
Berjac Viandes a été créée en 1981, par Bernard Hallier et Jacques Roussel (Berjac étant la contraction de leur prénom). Deux bouchers de métiers, qui se sont associés quand le pôle viande du MIN a vu le jour. En 1992, la maison a été rachetée par Jean-Luc Cadio, mon père, un homme entreprenant, qui à ce jour, est celui qui a dirigé l’entreprise le plus longtemps et qui l’a développée. Notamment, en 1997, avec la création du département Marée, puis de l’activité de distribution en dehors de Nantes Métropole (Maison SVRO) et l’extension des gammes de produits proposés (fruits, légumes, crèmerie, volailles, foie gras, surgelés, etc.)

Au mois de septembre, la Maison Berjac a fêté ses 40 ans, qu’avez-vous prévu pour célébrer cet anniversaire ?
Durant toute la durée du salon Serbotel, nous allons fêter l’événement avec nos clients ! Après la période difficile des différents confinements, nous sommes très contents de les retrouver et de tisser à nouveau des liens avec eux. Des dégustations et des petits présents sont prévus pour les accueillir sur notre stand (n°217, Hall 2).

Pourriez-vous nous expliquer quel est votre lien avec le Voyage à Nantes ?
Depuis 2018, nous sommes très attachés au Voyage à Nantes, et plus particulièrement aux Tables de Nantes, puisque dans le guide beaucoup de nos clients restaurateurs sont présents. Il était primordial pour nous de les accompagner via un partenariat, car nous partageons la même passion des métiers de bouche. Nous exerçons tous le même métier !

Qu’est-ce que vous en retirez ?
Un plus grand rayonnement à Nantes, une ville qui nous est chère.

Quand êtes-vous entré dans l’entreprise familiale ?
Tout petit, j’accompagnais mon père, j’ai toujours baigné dans cet univers. J’ai commencé à y travailler à l’âge de 14 ans. Cela s’est fait tout naturellement puisque pour nous l’entreprise et la famille sont indissociables. On en parle tout le temps, on y travaille le week-end. La Maison Berjac est vraiment une affaire de famille, d’ailleurs, c’est l’une des rares sociétés à être restée indépendante. La majorité de nos concurrents sont des groupes…
Après des études et un parcours de 10 ans dans la grande distribution, je suis arrivé officiellement dans la société en 2011. Je suis passé par tous les postes de l’entreprise pour en connaître tous les rouages. 8 ans plus tard, au moment du déménagement dans le nouveau MIN de Rezé, mon père me confiait les rênes de l’entreprise. Avec les directeurs des différents départements (dont l’iconique Joël Blanchard), puisque notre management est participatif, nous avons organisé et pensé dans les moindres détails les 4000 m² qui nous étaient dédiés. Mon père, pour sa part, est toujours très actif à Nantes, où il accompagne de jeunes entrepreneurs. Enfin, il est toujours vice-président de la CCI Nantes-Saint-Nazaire et président de la CPME de Loire-Atlantique.

Comment décririez-vous la Maison Berjac aujourd’hui ?
Nous fournissons en viandes et poissons les professionnels des métiers de bouche. Nos viandes (bœuf, veau, porc, agneau et abats) sont sélectionnées et travaillées dans notre atelier par des bouchers professionnels. Nous proposons un large éventail d’origines et de races : Normande, Salers, Charolaise, Rouge des prés, Angus, Irlande, Simmental, Blonde de Galice, Black Angus, Wagyu… Mais aussi porc fermier vendéen Label Rouge, porc ibérique, agneau de lait des Pyrénées, agneau des Pays de la Loire… En 2019, nous avons agrandi notre chambre de maturation.
Pour le département Marée, chaque jour nos équipes effectuent les achats en criée (Lorient, La Turballe, Les Sables d’Olonne, Erquy, Royan), et via notre plate-forme Saint-Guénolé Mareyage (créée en 2014). Cette dernière s’approvisionne dans les criées de Saint-Guénolé, du Guilvinec, de Loctudy et de Brest. Ces achats quotidiens garantissent des bars, merlus, merlans, soles, lottes, maquereaux, sardines, coquilles Saint-Jacques, crustacés… d’une qualité et d’une fraîcheur irréprochables ! En 2020, nous avons lancé le Petit Fumoir, un service de fumaison maison (saumon, truite, magret…).

Quel est votre point fort ?
Notre « service A pour B » un client qui commande la veille peut être livré le lendemain, comme les restaurateurs qui nous laissent un message en fin de service, jusqu’à 2h du matin, quand ils savent exactement ce qu’il leur manque. Chez Maison Berjac, il y a un interlocuteur dédié qui prépare la commande, la facture et la livre. De plus nous fonctionnons avec un service « sur-mesure » (grammage, conditionnement), c’est-à-dire que tout est fait en fonction des demandes de nos clients. Notre priorité au quotidien : la satisfaction client. Nous essayons aussi d’être à l’écoute du monde et de ses transformations via une application pour le passage de commandes par exemple. Ou encore en étant très attentifs aux souhaits de nos clients, comme la demande croissante de viande maturée ou leur envie de privilégier des circuits courts.



Partager
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur Google+ Partagez par mail